Le jeu des osselets, 2 octobre 2003

Mes jeux d'enfant furent longtemps solitaires : soldats de plomb bien alignés avant la bataille et après pour la plupart abattus (j'étais tour à tour les deux armées).

?

Je me souviens du jeu des osselets, littéralement des petits os, en réalité des os de pied de porc ou de mouton.
Je me souviens du jeu du mikado, où il s'agissait de retirer une baguette d'un tas en n'en faisant bouger aucune autre.
Je me souviens du jeu de l'oie.
Je me souviens des billes, en terre cuite, en verre, ou du calot de plus grande taille.
À l'école primaire, je fis tomber tout un rang de petites filles (les quilles, justement), en envoyant une bille sous leurs pas alors qu'elles jouaient à cloche-pied.
Pardonnez-moi !
Une autre fois, je fus trompé par un camarade qui me fit mettre mes pieds à proximité d'une bille, qu'il ne pouvait manquer de toucher par les rebonds.
Comment lui pardonnerais-je ?

retour à l'entrée de la galerie virtuelleindex des imagesindex des citationsles titres de la galerie virtuellecourriel