Extrait de La chapelle Sixtine, La Voie nue de Michel Masson, Les Éditions du Cerf, 2004, page 177 :
Ce livre, donc, on nous demande de le regarder mieux. Mais que pouvons-nous y voir de plus puisqu'il est blanc ! Eh bien, justement, en nous amenant à fixer davantage ces pages blanches, on nous fait faire ce que fait l'Éphèbe, c'est-à-dire qu'on nous induit à une conduite paradoxale et donc à nous interroger sur ce qu'elle peut représenter et, puisqu'elle est provoquée par le message de Dieu, à approfondir une forme insolite de méditation spirituelle.
Elle est vue comme lecture. Elle suppose donc un déchiffrage, c'est-à-dire une certaine forme d'attention qui se manifeste ici avec passion et, rappelons le jeu du bras, avec une sorte de tendresse. Mais, en même temps, cette lecture bouscule les conventions et donne à celui qui s'y livre l'allure d'un excentrique. C'est que, a priori, tout livre est censé être marqué de signes, que ce soient des caractères ou des images ― ce que confirment, nous l'avons vu, les pages visibles des autres livres figurant dans la voute. Ces signes appartiennent évidemment à une réalité sensible. Autrement dit, ce qui intéresse l'Éphèbe, le blanc, est ce qui se trouve hors de l'écriture et des couleurs, c'est-à-dire hors du monde du langage et, plus généralement, de la représentation.

Michel-Ange, La Sibylle de Delphes Tintin et l'Alph-Art


Tintin et l'Alph-Art

retour à l'entrée du musée imaginaireindex des auteurs citésindex des artistesles titres du musée imaginairecourriel