Extrait de La troisième dimension dans la construction du psychisme de Claude Jeangirard & Will de Graaff, Éditions Érès, 1998, page 71 :
Comme son nom l'indique, la croyance en l'au-delà s'inscrit dans l'espace.
C'est d'un franchissement qu'il s'agit, qui met en cause la conscience du moment de ce franchissement, confisquée par la mort dans un arrachement associé à la transformation douloureuse du Moi (destruction dans le néant ou dissolution dans le sommeil, ou transformation dans le Karma). La croyance en l'au-delà implique la restitution, après le passage, du Moi plus ou moins transformé selon les écoles de croyance appelées religions, et qui lui assignent des espaces imaginaires selon leurs options morales et politiques (paradis, enfer,limbes).
Le rapprochement avec le franchissement de l'horizon terrestre dans l'histoire de l'humanité est pertinent : même impossibilité d'en saisir l'instant puisqu'il fuit devant soi, même frayeur de l'au-delà du visible, même force pulsionnelle irrépressible pour y aller voir et revenir de pays inconnus pour rapporter un récit fait de paroles et d'objets nouveaux. Cet instinct de vie, faux jumeau de l'instinct de mort, ne le rencontre pas mais lui dispute la possession de l'humanité. Son lieu d'application est le Moi qui, se constituant, s'est vu doté d'une force destinée non pas à sa protection mais au maintien de sa cohésion interne.
Nous la nommons pulsion dromique.

Jean-Antoine Watteau, Pélerinage à l'île de Cythère, dit l'Embarquement pour Cythère, 1717, Musée du Louvre

retour à l'entrée du musée imaginaireindex des auteurs citésindex des artistesles titres du musée imaginairecourriel