Extrait de Le Sens du Beau, Aux origines de la culture contemporaine de Luc Ferry, Éditions Cercle d'Art, 1998, page 221 :
« C'est trop beau pour être vrai ! ». J'aime cette phrase, non pas que je pense que le beau ne soit pas l'incarnation d'une vérité en quelque façon qu'on l'entende, mais je trouve que « C'est trop beau pour être vrai » est une très belle phrase, car c'est en effet là que se cache le mystère du beau. C'est la vraie différence entre la philosophie et l'art, entre celui qui se contente de penser, et celui qui est un génie. Kant nous avait déjà dit qu'il y avait une grande différence entre Newton et n'importe quel artiste de génie, qu'à son avis même le plus grand scientifique n'était pas un génie, et je crois qu'il a raison. « C'est trop beau pour être vrai », j'utilise volontiers l'expression, pour l'art, mais aussi pour la religion. Quand je pense à la religion chrétienne, la seule objection que je lui ferai, c'est que « c'est trop beau pour être vrai ».

Raphaël, La Vierge à l'Enfant avec le petit saint Jean-Baptiste (La Belle Jardinière), 1507-1508, Musée du Louvre Giovanni Bellini, Madonna with child blessing, 1460-1464, Galleria dell'Accademia, Venice

retour à l'entrée du musée imaginaireindex des auteurs citésindex des artistesles titres du musée imaginairecourriel