Extrait de Le Sens du Beau, Aux origines de la culture contemporaine de Luc Ferry, Éditions Cercle d'Art, 1998, page 214 :
Husserl prenait, paraît-il, dans ses cours un exemple qui est resté célèbre : l'exemple du cube phénoménologique. Il prenait un cube, et, le montrant aux étudiants, disait : « Vous n'en verrez jamais que trois faces, quoi que vous fassiez vous n'en verrez jamais que trois faces. » Ce qui voulait dire métaphoriquement que dans toute présence à la subjectivité et à la conscience humaine il y a aussi une part d'absence, dans tout visible une part d'invisible, une part de transcendance en quelque façon, et c'est ce que Heidegger, qui avait bien suivi les cours d'Husserl, nommera l'être, c'est-à-dire ce qui échappe, ce qui est au-delà de toute présence et qui pour autant n'est pas un objet identifiable, n'est pas un « étant » particulier. Je crois que cette idée de la transcendance est aussi en quelque façon une idée du sacré. Elle permet de réhabiliter, dans un univers qui s'est radicalement débarrassé de la religion, la notion d'une vérité ou d'une transcendance qui dépasse cette simple subjectivité, j'allais dire « quasi-américaine », qui veut que tout soit réductible au jugement solitaire de l'individu.

Georges Braque, Maisons à l'Estaque, 1908 Paul Cézanne, La baie de Marseille vue de l'Estaque, 1886

retour à l'entrée du musée imaginaireindex des auteurs citésindex des artistesles titres du musée imaginairecourriel