Extrait de Le Sens du Beau, Aux origines de la culture contemporaine de Luc Ferry, Éditions Cercle d'Art, 1998, page 115 :
L'essentiel, selon la phénoménologie de Heidegger, n'est pas dans la représentation, mais dans la venue en présence de l'étant en tant que tel, dans le dé-voilement. Ce que l'œuvre d'art « montre » est, si l'on ose dire, qu'il y a de l'invisible, ce qu'elle manifeste, c'est qu'il y a de l'irreprésentable, et que ce simple fait n'a rien de banal comme tend à nous le faire croire l'univers de la quotidienneté. Pourtant, en un autre sens, l'idée d'adéquation n'a pas perdu toute légitimité : si la vérité n'est plus l'accord du jugement avec la chose, si elle est devenue dévoilement, il reste que, à une puissance supérieure, la notion d'adéquation retrouve un sens, car l'art authentique est bien celui qui nous mettra pour ainsi dire en présence de cet invisible qu'est la venue en présence de l'étant ; il est celui qui, pour reprendre une formule que Lyotard emprunte lui-même à Kant, « présentera qu'il y a de l'imprésentable » et qui, par là, se montrera plus fidèle, donc, si l'on veut, plus adéquat, sinon à la « chose même », du moins à « l'affaire de la pensée » : pour ne plus être un étant visible, un objet présent dans la représentation, identifiable et stable mais un néant, une absence, une différence, ce n'est pas moins d'elle qu'il s'agit dans l'œuvre d'art, c'est d'elle qu'il faut donner la mesure et c'est en ce sens que l'art conserve pour tâche classique d'exprimer la vérité.

Balthus, La rue, 1933

Il me revient à la mémoire un jeu de mots étrange que j'ai rêvé il y a longtemps. Balthus : bald geboren, c'est-à-dire bientôt né. Comme le dit Merleau-Ponty dans L'Œil et l'Esprit (Éditions Gallimard, 1964) : On dit qu'un homme est né à l'instant où ce qui n'était au fond du corps maternel qu'un visible virtuel se fait à la fois visible pour nous et pour soi. La vision du peintre est une naissance continuée.

retour à l'entrée du musée imaginaireindex des auteurs citésindex des artistesles titres du musée imaginairecourriel