Le livre d'André Dhôtel a été édité pour la première fois en 1957. Je me réfère à la réédition de La Table Ronde, 2002 :
De sa Picardie natale à Rome ou à Einsiedeln, de Saint-Claude à L'Isle-sur-la-Sorgue, les mille voyages de Benoît Joseph Labre tissent le roman d'un marcheur et d'un rêveur impénitent, en butte à des refus et à des humiliations qui, loin de le décourager, le stimulent. On ne sait jamais trop s'il s'agit d'un voyou, d'un hérétique ou d'un idiot, mais son passage laisse de telles traces dans les esprits que lorsqu'il meurt, un jeudi saint à Rome, la foule des pauvres proclame, comme si cela allait de soi, son absolue sainteté.
Mes illustrations suivent le livre chapitre par chapitre :
Premiers rêves
Lectures
Tribulations
Les chemins des monastères
Le départ
L'inaccessible
Heureux chemins
Rome et les singuliers avenirs
La longue route
Mille voyages et les retours
Les années passent
La lumière et les derniers voyages
retour à l'entrée des expositionscourriel