Saint Benoît Joseph Labre d'après André Dhôtel, l'inaccessible

L'inaccessible :
Quand il eut pénétré dans l'église de Paray, il s'attacha à vénérer l'image du Sacré-Cœur. S'il songeait souvent au Christ et à son sang lumineux, il se disait lui-même très loin du Christ, et il estimait n'en devoir retenir que l'imagerie d'une piété très dédaignée, et que le P. Lejeune ni Grenade ne mentionnaient. Ici le Christ avait parlé à Marguerite-Marie : Voici la plaie de mon côté pour y faire ta demeure actuelle et perpétuelle. Il le croyait de telle façon qu'il n'osait plus retenir en son esprit que le dessin colorié du cœur sanglant. Ainsi il sera désormais, jugeant qu'il était seulement apte à saisir les reflets qu'il y a dans les médailles, les statues, les bannières bleu et or.

(André Dhôtel, Saint Benoît Joseph Labre, Éditions de La Table Ronde, Paris, 2002, page 126)

retour à l'entrée de l'exposition "Saint Benoît Joseph Labre"courriel