PROPOSITION 64
La connaissance d'un mal est une connaissance inadéquate.
Démonstration
La connaissance d'un mal (Prop. 8) est la Tristesse même en tant que nous en avons conscience. Mais la Tristesse est un passage à une perfection moindre (Défin. 3 des Aff.) qui pour cette raison ne peut se connaître par l'essence même de l'homme (Prop. 6 et 7, p. 3) ; par suite (Déf. 2, p. 3), elle est une passion qui (Prop. 3, p. 3) dépend d'idées inadéquates ; conséquemment (Prop. 29, p. 2) la connaissance en est inadéquate, c'est-à-dire que la connaissance d'un mal est inadéquate.
COROLLAIRE
Il suit de là que, si l'Ame humaine n'avait que des idées adéquates, elle ne formerait aucune notion de chose mauvaise.

Précédente Accueil Suivante