PROPOSITION 51
La Faveur n'est pas opposée à la Raison, mais peut s'accorder avec elle et en naître.
Démonstration
La Faveur en effet est un Amour pour celui qui a fait du bien à autrui (Déf. 19 des Aff.) ; elle peut donc être rapportée à l'Ame en tant que celle-ci est dite agir (Prop. 59, p. 3), c'est-à-dire (Prop. 3, p. 3) en tant qu'elle connaît, par suite elle s'accorde avec la Raison, etc.
Autre démonstration
Qui vit sous la conduite de la Raison, désire pour autrui aussi ce qu'il appète pour lui-même (Prop. 37) ; par suite donc de ce qu'il voit quelqu'un faire du bien à autrui, son propre effort pour faire du bien est secondé, c'est-à-dire (Scolie de la Prop. 2, p. 3) qu'il sera joyeux, et cela (par hypothèse) avec l'accompagnement de l'idée de celui qui a fait du bien à autrui ; par suite, il lui est favorable (Déf. 19 des Aff.).
SCOLIE
L'indignation, telle qu'elle est définie par nous (Déf. 20 des Aff.) est nécessairement mauvaise (Prop. 45). Il faut observer, toutefois, que si l'autorité supérieure, en vue de maintenir la paix dans la Cité, punit un Citoyen qui a commis une injustice à l'égard d'un autre, je ne dis pas qu'elle est indignée contre lui, car elle n'est point poussée par la Haine à le perdre, mais a pour le punir un mobile qui est la moralité.

Précédente Accueil Suivante