PROPOSITION 25
Personne ne s'efforce de conserver son être à cause d'une autre chose.
Démonstration
L'effort par lequel chaque chose s'efforce de persévérer dans son être est défini (Prop. 7, p. 3) par la seule essence de la chose elle-même ; et de cette seule essence supposée donée, non de celle d'une chose différente, il suit nécessairement (Prop. 6, p. 3) que chacun s'efforce de conserver son être. Cette Proposition est évidente, en outre, par le Corollaire de la Proposition 22. Car, si l'homme s'efforçait de conserver son être à cause d'une autre chose, cette chose serait ainsi la première origine de la vertu (comme il est connu de soi), ce qui (Coroll. visé) est absurde. Donc personne ne s'efforce, etc.

Précédente Accueil Suivante